URBANISME : J.C. Veyrine, Maire du « Village » de Jouy le Moutier.

Fidèle au comportement de la droite Jocassienne, depuis la création de la ville nouvelle, le Maire actuel continue de mépriser la « Ville Nouvelle » et ses habitants.

« L’enracinement « dans et pour » le village se retrouve dans tous les choix du premier magistrat, dont l’urbanisme. Tous les projets de réaliser des logements à loyer modéré dans le village (retenus lors de la mandature 2008/2014) sont annulés. Par contre la nouvelle majorité densifie le plateau à tour de bras. En étant dans l’opposition, la droite s’offusquait de la création de 1200 logements. Maintenant qu’elle est aux commandes, elle en prévoit près de 2000, dont 20 à 25% de logements à loyers modérés. Pour le village, seulement quelques dizaines de pavillons de propriétaires seront réalisés. Et, pour le Maire de droite, pas question d’y envisager un seul logement à loyer modéré. Alors que la demande est forte (proximité de la gare RER…).

Le refus de construire 135 logements dans la côte d’Ecancourt relève de la même logique. L’urbanisation de cette côte d’Ecancourt, visible depuis le boulevard, donnerait le sentiment que « la ville nouvelle dégouline » sur ce village. Pour ces élus de droite, abrités derrière de hauts murs, il faut continuer à préserver l’illusion cocon,  d’un bourg de bord d’Oise à l’abri de la concentration urbaine (1). Et ce refus contribue à la densification du plateau. Des Logements de « compensation » seront réalisés sur les Eguerets, les Forboeufs… Loin du village. Ce faisant, ces élus privent ses habitants (du village) de commerces et d’activités qui accompagneraient l’urbanisation de ces espaces.

Même lors des primaires de la droite (20 et 27 novembre), les électeurs de droite, habitants du « cœur de ville »,  sont considérés de « seconde zone ». Pour un parti politique, les primaires représentent, un élément de la vie démocratique. En bonne intelligence, l’accès au bureau de vote devrait leur être facilité. Ce n’est pas le cas à Jouy. L’unique bureau de vote est installé dans le village, dans le LCR en recoin, derrière l’église. Pourtant, en 2012, au 2ème tour de la présidentielle, les électeurs de droite du plateau étaient 2723, pour 621 dans le village (2).

Ces attitudes, additionnées à l’absence totale d’informations sur les changements et les compléments apportés aux projets 2008/2014 confirment le mépris pour les habitants du « plateau ». Ils subiront les conséquences des décisions prises (densification, circulation…). Finalement, des choix arrêtés en fonction de bien d’autres priorités que de construire une ville UNE, tournée vers l’avenir, avec des habitants invités à s’y impliquer.

(1)    Mais pas à l’abri de la circulation… Les élus actuels qui réclamaient, à cor et à cri, une route de contournement avant de construire, accentuent l’urbanisation du PLATEAU, mais oublient de dire où en est le projet de contournement routier.

(2)    Soit, au total, 39.63% pour Sarkozy et 60,37% pour Hollande)