Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier
Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier

Élection municipale 2008 à Jouy-le-Moutier – Une analyse du scrutin

Le par

Élection municipale 2008 à Jouy-le-Moutier

Une analyse du scrutin

La presse locale a présenté le succès de la liste Partageons l’avenir comme l’une des surprises du premier tour des municipales (voir la une de La Gazette du Val d’Oise du 12 mars). Elle a lu dans ce résultat la victoire des habitants des « Hauts-de-Jouy » sur ceux du village (par exemple, Le Parisien du 11 mars). L’examen des résultats par bureau de vote conduit à nuancer sensiblement cette analyse.

Gabriel Lainé régresse sur le village

De la municipale de 2001 à celle de 2008, le gain en suffrages exprimés a presque totalement bénéficié à la liste de gauche : par rapport au supplément de 887 voix, Gilbert Marsac progresse de 878 voix et le maire sortant de 9 voix seulement. Certes, ce dernier obtient, après ajustement1, 64,6 % des suffrages dans le village contre 45 % sur le plateau. Mais ce résultat est à apprécier à la lumière des élections précédentes : en 1983 (premier scrutin avec listes bloquées), 1989 et 2001, M. Lainé avait attiré entre 69 et 70 % des bulletins dans le village2.

En 2008 le maire « historique » subit ainsi, au regard de la précédente élection municipale, d’une part un recul de 8,4 points sur le secteur « ville nouvelle », d’autre part une érosion de 4,7 points dans le village. Pour dire les choses autrement, si le village avait voté le 9 mars dernier comme sept ans plus tôt, Gilbert Marsac aurait été élu avec une avance deux fois moindre sur son concurrent (moins de 100 voix au lieu de 190), soit 50,8 % des suffrages au lieu de 51,6 %. C’est sur l’ensemble du territoire communal que les électeurs ont déplacé leur vote en faveur de la liste de gauche.

L’abstention bat un nouveau record

La municipale de 2008 n’a pas stoppé la progression de l’abstentionnisme. Certes, par rapport à 2001, les votes blancs et nuls reculent de 30 %. C’est le signe d’une « offre » politique jugée plus satisfaisante par les votants, sans doute parce que la gauche s’est présentée unie et que la campagne de Partageons l’avenir a conféré une certaine crédibilité à notre liste. Il reste qu’entre 2001 et 2008 le nombre de ces votants n’a progressé que de 15,4 % alors que celui des inscrits augmentait de 22,8 %, d’où une montée du taux d’abstention de 4 points (de 40 à 44 %).

Puisque la participation a reculé sur l’ensemble du pays, le phénomène tient au moins en partie à des motifs d’ordre national : d’après les enquêtes, beaucoup d’abstentionnistes ont entendu protester contre les dissensions de la classe politique ou contre le nouveau style présidentiel. Cependant, les nuances que l’on observe d’une commune à l’autre invitent aussi à rechercher des explications au niveau local. On peut penser qu’une gestion municipale qui écarte les citoyens des processus de décision ne favorise pas la mobilisation de tous au moment du scrutin.

André Metzger

 

1. La création de deux bureaux de vote supplémentaires entre 2001 et 2008 s’est accompagnée d’un redécoupage du territoire communal. Ainsi le bureau n° 1, qui regroupe essentiellement les électeurs du village, a-t-il globalement gagné 220 inscrits au détriment des bureaux limitrophes du plateau. Pour rendre les résultats de 2008 comparables à ceux de 2001, on a réaffecté ces électeurs à leur bureau initial en leur attribuant le comportement moyen observé dans leur secteur d’origine (taux de participation, orientation du vote).

2. On a laissé de côté le résultat atypique de 1995 (Liste Lainé : 76,8 % des suffrages exprimés), obtenu face à une liste d’opposition improvisée en catastrophe. La stabilité du vote en faveur de M. Lainé dans le village contraste avec sa volatilité sur le plateau, logiquement plus sensible aux atouts des listes d’opposition : c’est ainsi qu’en 1989 la liste de gauche l’emportait dans le secteur « ville nouvelle » avec 51,3 % des suffrages. Pour plus d’informations, voir les tableaux présentant les résultats par bureau de vote de 1983 à 2008 sur les sites de la liste Partageons l’avenir (www.jouy21.org) et de la section PS (http://jouy-le-moutier.parti-socialiste.fr).

 

Jouy le Moutier – Élection municipale de 2001

Bureaux de vote

Inscrits

Votants

Blancs & nuls

Exprimés

Listes Mathonnat et Bringuier

Liste Lainé

« Village »1

1 726

1 112

50

1 062

326

30,7 %

736

69,3 %

« Ville nouvelle »2

7 157

4 187

190

3 997

1 864

46,6 %

2 133

53,4 %

TOTAL

8 883

5 299

240

5 059

2 190

43,3 %

2 869

56,7 %

Jouy le Moutier – Élection municipale de 2008 – Résultats officiels

Bureaux de vote

Inscrits

Votants

Blancs & nuls

Exprimés

Liste Marsac

Liste Lainé

« Village »1

1 877

1 191

32

1 159

433

37,4 %

726

62,6 %

« Ville nouvelle »3

9 035

4 922

135

4 787

2 635

55,0 %

2 152

45,0 %

TOTAL

10 912

6 113

167

5 946

3 068

51,6 %

2 878

48,4 %

Jouy le Moutier – Élection municipale de 2008

Estimation des résultats à découpage électoral constant

Bureaux de vote

Inscrits

Votants

Blancs & nuls

Exprimés

Liste Marsac

Liste Lainé

« Village »4

1 657

1 042

369

35,4 %

673

64,6 %

« Ville nouvelle »4

9 255

4 904

2 699

55,0 %

2 205

45,0 %

1. Bureau n° 1 (Foyer rural).

2. Bureaux n° 2 à 5 (Éguerêts, Jouannes, Tremblays, Noyer).

3. Bureaux n° 2 à 7 (Éguerêts, Jouannes, Tremblays, Noyer, Vast, Merisiers).

4. Application des limites « Village » et « Ville nouvelle » de 2001.

Sur le même thème, lire aussi :

Élection municipale 2008 à Jouy-le-Moutier Une analyse du scrutin La presse locale a présenté le succès de la liste Partageons l’avenir comme l’une des surprises du premier
Le par
UN CANDIDAT POUR LA GAUCHE GILBERT MARSAC : Pourquoi je suis candidat Désigné par le Parti socialiste pour conduire la liste des Municipales de mars
Le par

Les derniers contenus multimédias