Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier
Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier

Discours de Gilbert Marsac, Maire de Jouy lors de l’installation du Conseil municipal, 15 mars 2008

Le par

Bonjour à tous
Merci de votre présence en nombre.
Merci à la majorité de Jocassiens qui nous a amené là aujourd’hui Une majorité qui a voulu passer à une autre étape de la construction de la ville de jouy.

Avant de passer à l’avenir, je prendrai un temps pour remercier ceux qui nous ont précédé dans la gestion de cette ville.
Je rendrai hommage à Gabriel LAINE.
Merci pour le travail accompli. Dans des conditions parfois difficiles. Sans négliger pour autant l’apport de l’EPA et du SAN , mais avec de nombreux défis à relever face à la croissance rapide de ce bourg rural, devenu Ville, au sein d’une grande agglomération.
Je n’ai pas toujours partagé les priorités et la méthode. Cependant, en tant que militant syndical et politique je reconnais la valeur de 30 années d’engagement au service de la collectivité. Je le respecte et je pense que ce respect est partagé par tous les habitants.

Et je comprends cet ancien, originaire de Jouy, qui, dimanche soir, sortait du foyer Rural effondré. Ces habitants d’origine, dans les années 70 ont vécu l’arrivée de la ville nouvelle comme une spoliation. Ce pouvoir arraché à l’un des leur dimanche dernier, peut être vécu comme une nouvelle étape de dépossession de leur ville.

Cependant, pour avoir connu plusieurs fois des situations d’élections, j’en ai retenu trois leçons :
1)    Le collectif est plus fort que l’individu.
2)    Il ne faut jamais mépriser l’adversaire, ni avant ni après la bataille
3)    Quand on n’imagine pas de perdre, il ne faut pas mener bataille

D’autant que ce résultat, ne représente que le cours normal de la vie. La population Française grandit. Heureusement que des décideurs politiques ont fait le choix de ces villes nouvelles. Des terres nourricières allaient se transformer en lieu d’habitation : « Sans toit il n’y a pas de droit » disait l’abbé pierre.

Sous ces toits Jocassiens  des hommes et des femmes ont vieilli et vu grandir leurs enfants. De citoyens Français ou du monde, accueillis à Jouy, ils sont devenus des habitants à part entière.

D’une ville où ils se reposaient, ils souhaitent en faire une ville à vivre. Prendre leur avenir en main.
Sans renier le passé, en incluant le village et le plateau pour se tourner ensemble et résolument vers l’avenir. Ils nous ont fait confiance. Nous allons tout faire pour en être digne.

Notre programme veut y répondre. Il s’agir de choix politiques pour l’avenir. Ce mot politique est discrédité par le comportement de responsables nationaux. Et pourtant la politique, c’est d’abord l’art de vivre ensemble, dans la cité, au quotidien, en prenant en compte tout ce qui fait la vie de tous les habitants

Nous ne dirons donc jamais que nous ne faisons pas de politique. Nous voulons au contraire réconcilier la politique, avec chaque habitant.

Nous avons avancé des priorités dans notre programme. Nous vous les déclinerons  dans les mois et années à venir, en un plan de travail qui associera les Jocassiens. Et nous espérons bien avoir changé la ville dans les 6 ans à venir.

Ce projet ne comporte aucune démagogie, aucune brèche dans une digue quelconque qui protègerait notre vivre ensemble, comme le prétend mon prédécesseur (d’ailleurs, nous ne concevons pas la gestion de la ville par l’édification de digues entre les personnes) :
Une ligne directrice : tant dans les relations aux personnes que dans les aménagements urbains, nous voulons mobiliser tout ce qui peut contribuer à faire société.
Une méthode : écouter et impliquer les citoyens dans tout ce qui les concerne.

Sans énumération exhaustive je retiendrai 3 points :

1) Faire de Jouy une référence environnementale.
Comment mieux agir localement en pensant globalement ?
Respecter la nature c’est respecter les hommes qui y vivent et surtout les générations d’hommes et de femmes qui y vivront.

Par exemple, pour l’habitat, il faut le répartir de manière à éviter de bétonner toutes les campagnes. Mais nous construirons dans notre ville en préservant son aspect de ville verte – aménager les transports pour donner priorité au collectif, y compris en dégageant les voitures du centre et du village, par une route approprié – développer le tri sélectif et la propreté des espaces – mieux entretenir les bois de notre commune – concilier urbanisme et agriculture…

Cette préoccupation environnementale sera transverse à tous les dossiers. Qu’il s’agisse de l’éducation en passant par le travail avec les ASL, les conseils de quartier, notre travail avec l’Agglomération ou le développement culturel.

2) Faire de Jouy une ville mobilisée pour la réussite de tous.
Nous nous sommes rassemblés sous des valeurs d’une gauche ouverte et citoyenne. Les membres qui composent notre liste sont conscients d’une chose : « il n’y a pas de progrès durable pour l’humanité en tenant une partie de cette humanité en marge de ce progrès ».

Cette évidence s’impose aussi dans la gestion de la ville. Tout doit être mobilisé pour ne laisser personne sur le bord du chemin. Pour permettre à chacun d’apporter son énergie dans la construction de notre société.

Et la solidarité c’est d’abord permettre à tous d’accéder à l’autonomie, au savoir, au travail, à l’indépendance financière.
Nous en ferons une priorité de notre action, à commencer par la réussite éducative, le développement de réseaux pour l’accès aux stages et à l’emploi.
Dans cette construction du citoyen, toutes les étapes et tous les acteurs sont à solliciter.
Des partenariats seront à développer avec les associations et en favorisant les synergies entre les associations. Par exemple, cette nouvelle association de jeunes « espoir pour tous » trouvera sûrement une écoute auprès de cette association de soutien scolaire. La ville se doit de favoriser ce maillage inter associatif. L’association qui invite les habitants à agir ensemble diffuse de la citoyenneté. Elle est à soutenir.

Nous devons aussi nous donner les moyens financiers de cette réussite. Nous savons que les marges budgétaires sont aujourd’hui étroites. L’ouverture d’une nouvelle zone économique est prioritaire. Pour les apports en emploi et en ressources financières quelle représentera pour notre ville. Ce sujet sera prioritaire dans nos relations avec l’agglo. Nous verrons comment l’articuler avec un premier projet d’urbanisme. La demande de logements est énorme et les charges collectives se répartiront également sur plus de contribuables.
Le village qui se meurt, qui n’a plus de commerce, sera intégré dans cette réflexion de développement global.

3) Faire de Jouy une Ville où il fait bon vivre ensemble
Nous avons une ville qui bouillonne. Des énergies sont à revendre chez des personnes et des associations. Nous voulons les solliciter, les mobiliser autour « d’un projet commun, pour partager l’avenir ».
Nous y construirons un habitat raisonné. Des F2 et F3, pour les jeunes et les plus anciens, des commerces pour éviter les déplacements et parce que le commerce est facteur de lien social. Des aménagements pour les personnes plus âgées, pour les personnes handicapées. C’est Sylvie LEMAITRE, qui avec sa grosse capacité de travail et d’écoute, aura notamment en charge ce dossier d’urbanisme.
Des aménagements sont également à penser pour d’autres lieux. Ce bois de la cote des carrières est un puit de carbone majeur. Dans le même temps, comment peut il devenir un lieu de rencontre, un moyen pour mieux rapprocher La cote des carrières du cœur de Jouy.
Des choses sont à inventer avec des associations de botanistes ou de protection de l’environnement. Nous y réfléchirons dans le cadre de l’agenda 21.

Et dans ce cadre de vie, actuel et à venir, des choses sont à imaginer. Autour de l’échange culturel qui unit, de l’animation de la ville, de ce qui nous aide à mieux nous connaître et reconnaître, jeunes ou Anciens, d’ici ou de la bas. Les animations pour les plus âgés, et les facteurs de lien avec les plus jeunes.

Les initiatives qui conduisent à un jumelage de Jouy avec d’autres villes seront soutenues.

Cependant, je l’ai déjà dit le 5 mars, Si la relation humaine se conçoit avec  beaucoup de tolérance, elle ne souffre ni de faiblesse ni de naïveté.

Nous accorderons donc de l’importance à la quiétude des personnes. Ca commence par la prévention et le recours à la sécurité chaque fois que nécessaire. Les missions de la police municipale, en complémentarité du travail de la gendarmerie, seront pensées en conséquence.

Tous les adultes, dont les agents municipaux, sont également des éducateurs. Les comportements doivent être exemplaires pour exiger le respect. Et je sais combien la grande majorité ont cette conception de leur fonction.
C’est au travers de leur action que nous développerons nos priorités.

Et, pour avoir exercé les fonctions de syndicaliste et de directeur, je conçois que l’exigence du devoir nécessite la reconnaissance des droits.
Nous regarderons avec les agents comment ça marche aujourd’hui, comment ça peut être amélioré. Une gestion gagnant/ gagnant, pour optimiser l’utilisation de l’argent des contribuables/ habitants.

Dans un premier temps, nous procéderont donc à un état des lieux. Mieux évaluer les moyens existants et les ressources, humaines et financières.

Et nous prendrons tout l’héritage, y compris celui de l’insécurité qui semble grandir ces derniers jours, selon Monsieur Lainé

Dans les trois mois à venir, nous allons également voir comment influencer tout ce qui est lancé pour cette fin de semestre. Tout en nous appropriant les dossiers, nous préparerons la rentrée de septembre (dont la rentrée scolaire, le forum des associations, les évènements culturels…)

Des instances de concertation devront également avoir pris forme pour la rentrée. (Conseil municipal jeunes, conseil de quartier…).

Mais Jouy se situe dans la grande Agglomération de Cergy Pontoise. Nous accentuerons nos relations à ce niveau. Je crois que le résultat de demain ne fera que conforter ce qui existe aujourd’hui, avec Dominique LEFEBVRE : Recherche de la complémentarité et de l’émulation, dans tous les domaines et d’économie d’échelle pour tous les actes de gestion.

Des collaborations plus étroites sont également à rechercher avec nos voisins immédiats. Maurecourt, un rendez vous est pris avec le Maire, Gérald RUTAULT, pour les aménagements routiers que nous avons à concevoir en commun. Vauréal pour les autres intercommunalités possibles.

Et nous espérons bien que demain, les élections cantonales nous donnerons une majorité départementale qui nous apportera encore plus de moyens dans la gestion de la ville.
Ces relations s’établissent dans le plus respect de l’autre, la négociation, le recherche d’intérêts communs.
Les 8 élus de l’opposition auront droit à ce même égard quand ils voudront s’impliquer dans des projets.

Mais mon intervention serait incomplète sans quelques autres remerciements.

Aux socialistes qui ont ouvert la voie sur Jouy le Moutier. Jacques LAFORGUE a été le premier à se déclarer comme tel. La vie n’a pas été toujours facile pour lui à cette époque. Merci à Jacques et à sa famille. Merci à tous ceux qui m’ont précédé et ont travaillé à cet avènement, dans une ville qui a le cœur à gauche : Francis, Véronique, Bernard, Edouard, François et tous les autres…

Merci aux Amis Jocassiens qui m’ont encouragé à m’engager ou me soutiennent dans cet engagement. Merci à ma femme qui, depuis 35 ans, accepte de remettre en cause de nombreux projets pour ces investissements militants. Et à nos trois enfants qui, malgré mes fréquentes absences, gardent un grand intérêt pour l’action collective.

J’en profite pour remercier les conjoints de tous mes colistiers, du mandataire Financier Michel LECROMPT et des nombreux militants impliqués dans ce résultat du 9 mars.

Ils ont déjà consenti de nombreux sacrifices. Nous allons leur en demander encore. Nous avons réussi ce changement grâce à la force d’une équipe. L’évolution de la ville se construira également avec ce travail d’équipe.

Je m’y consacrerai personnellement à plein temps à compter de ce jour.

Merci de votre attention et soyez certain que du travail vous attend tous.

Gilbert MARSAC
Maire de Jouy le Moutier
Le 15 mars 2008

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias