Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier
Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier

Voeux 2008

Le par

 

Chers Adhérents, Sympathisant ou autres Internaute à la recherche d’information,

Je vous adresse tous mes meilleurs vœux de bonne et heureuse année 2008 : Santé, avant tout, et bonheur autant que possible.

img_2186.JPG

2007 se termine. Elle ne nous aura pas apporté le changement souhaité à la tête de l’Etat. Nous sommes partis sur une pente qui ne nous convient pas. Et pour cause, nous glissons vers toujours plus de difficultés pour ceux qui en portent déjà le plus (personnelles, familiales, professionnelles…).

Le discours de l’Elysée du 31 décembre, le « bagou de camelot et d’adolescent culotté », les mots qui font plaisir (1) avec la main sur le coeur n’y changeront rien :

  • Les spéculateurs, les grosses fortunes, les amis à Sarkozy, auront pu améliorer encore leur réveillon.
    • D’autres devront vendre leur jours de repos et/ ou travailler le dimanche pour gagner (un peu) plus en fin de mois.
  • 15 milliards de pouvoir d’achat restitués aux 10 à 15 % des français (les plus fortunés)
    • Des forfaits sécu pour tous, dont ceux qui ont la malchance d’être malade avec souvent peu de ressources.
  • Une abolition des droits de succession, bénéficiant essentiellement aux 5 à 10% de familles les plus riches
    • Les aides aux personnes âgées dépendantes (APA) financées par l’héritage, y compris sur les maigres biens restant chez certaines familles ?


Jusqu’où tiendra la grande illusion ? Cette société des inégalités nous l’avions combattue. Cependant la démocratie s’est prononcée. Il nous reste à lui apporter un autre éclairage pour que, lors des échéances futures, les urnes apportent un autre résultat.

Au cours de l’année 2008 le PS aura l’occasion de définir les fondements d’un autre idéal, de s’affirmer comme porteur d’un autre projet de société. Une société plus juste, où nous n’attendons pas que les plus riches regorgent de dollars pour créer des fondations distribuant au gré de leur bonne conscience. Une société où l’économie de marché n’est pas une fin en soi, mais demeure un moyen d’échange entre les peuples et les hommes au service de la construction d’une société plus humaine.

 

La régulation politique de l’économie est vitale. Des peuples entiers au niveau mondial (Afrique, Asie…), des SDF dans nos rues, les exclus des grands ensembles sont humains (2) à part entière et ont « leur richesse d’ETRE » à apporter à la société.

 

Dans le même temps, éléments à part entière de la nature, nous avons à nous souciez de son avenir. Il est le notre. Les conséquences des aléas climatiques, provoqués par notre croissance déconnectée des équilibres écologiques, présentent un risque majeur pour les générations à venir.

Nous vivons dans une société de l’urgence, de l’immédiateté. La présidence actuelle renforce cette illusion du tout tout de suite, au détriment des équilibres les plus élémentaires (relations aux hommes, aux peuples, à la nature…). Le congrès PS de 2008, éloigné des échéances électorales, doit ouvrir sur des horizons, penser l’avenir dans le 21 ème siècle, refonder une « idéologie » qui met l’homme au centre des enjeux et des combats politiques : Education, culture, environnement, accès à l’émancipation par son travail, droit aux progrès (dont vivre en bonne santé…), démocratie (jamais aboutie…)…

Tous les adhérents et les citoyens qui se retrouvent dans la sensibilité portée par le PS, doivent prendre part au débat, à la définition de cet horizon. Dans le même temps, en 2008, nous aurons également à le concrétiser, dans les projets, l’action de proximité et quotidienne d’une municipalité.

Les élections du 9 mars nous en donneront l’occasion. Nous allons nous en saisir.

 

Gilbert MARSAC

Secrétaire de section

 

(1) Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots (Jaurès)

(2) Quel que soit lêtre de chair et de sang qui vient à la vie, sil a figure dhomme, il porte en lui le droit humain (Jaurès)

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias