Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier
Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier

Le maire de Jouy face à l’opposition municipale

Le par

Comme nous le révèle La Lettre pour servir Jouy (n°1, déc. 2006), bulletin du Comité de soutien à Gabriel Lainé, le maire de Jouy-le-Moutier ne dédaigne pas de mettre en scène son combat contre ses opposants, à condition d’être en mesure de s’attribuer le beau rôle et de tenter de discréditer l’adversaire. Lorsque, en revanche, il s’aperçoit que la position défendue par les élus de la minorité est délicate à contester, parce qu’elle repose sur des valeurs que lui-même prétend incarner, il opte pour la solution du black-out : tout faire pour empêcher que l’affrontement s’ébruite parmi la population. 

C’est ce qui s’est produit au conseil municipal du 30 juin 2006.

Alors qu’à travers tout le pays, des citoyens réclamaient pour les enfants de parents sans papiers le droit de poursuivre sereinement leurs études en France, les deux groupes minoritaires ont proposé l’adoption d’un texte de soutien à cet élan de solidarité, comme cela s’est fait dans bien des communes (à Cergy, par exemple). En dépit de ses proclamations humanistes, le maire de Jouy a rejeté l’initiative. Aussi, en guise de protestation, les élus de l’opposition ont-ils quitté la séance. Pour éviter d’avoir à relater l’incident, M. le maire a tout simplement falsifié le compte rendu sommaire de la séance, en enregistrant comme absents non excusés trois élus qui étaient présents au moment de l’appel et trois élus qui avaient officiellement donné pouvoir à un collègue. 

Les documents ci-dessous éclairent cette manœuvre en permettant au lecteur de comparer le compte rendu falsifié, présent sur le site de la mairie au moins jusqu’au 16 mars 2007, avec le procès-verbal intégral : celui-ci est signé par les élus, ce qui rend la triche impossible. On s’aperçoit que toutes les données inexactes sont parfaitement cohérentes entre elles, ce qui ne plaide par pour « l’erreur administrative involontaire » prétextée par M. le maire.

Télécharger les documents cités
Compte-rendu Sommaire du Conseil Municipal du 30-06-06 (PDF)
Compte-rendu du Conseil Municipal du 30-06-06 (PDF)
Comparaison des CR sommaire et complet (PDF)

Le procès-verbal fait état de la discussion qui a suivi le départ des élus minoritaires. Les déclarations de M. le maire appellent de notre part quelques observations.

1. « Le problème posé par l’ajout de cette motion est uniquement réglementaire » : c’est un pieux mensonge car, à la commission du 15 septembre 2006, M. le maire a décidé arbitrairement – c’est-à-dire sans argument valable – de ne pas inscrire le projet de motion à l’ordre du jour du conseil municipal suivant. 2. « (Ces) problèmes d’ordre humain […] sont traités au cas par cas par les services de la Mairie » : l’admission des étrangers sur le territoire relève du ministère de l’Intérieur et des préfets, et non pas des maires ; cette affirmation est tout simplement une tromperie. 

3. « C’est un sujet délicat qui soulève d’autres débats comme celui […] de la polygamie » : M. le maire ignore, ou feint d’ignorer, qu’un des effets de la régularisation des sans papiers est précisément de mettre un terme aux situations de polygamie puisque l’admission légale sur le territoire est réservée aux familles monogames ; le rejet de la motion proposée n’a contribué en aucune façon au recul de la polygamie ; il est vrai que dans certains milieux on s’intéresse à la polygamie moins pour la faire disparaître que pour développer la xénophobie. 

André Metzger, conseiller municipal

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias