Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier
Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier

PLU : Concertation et solidarité au vestiaire !

Le par

Article paru dans PS Info de Mars 2006

Que sera Jouy-le-Moutier dans 20 ans ? Quels emplois s’y maintiendront ? Quels seront les besoins de ses habitants ? Comment prendra-t-on en charge le vieillissement de la population ? et les attentes de la jeunesse ? Quelles structures devraient faciliter le contact entre générations ? Comment assurer la mixité sociale qui garantisse à chacun sans discrimination sa place dans la collectivité ?
Comment articuler l’espace habité, en particulier vis-à-vis du quartier excentré de la Côte des Carrières ? Comment éviter que notre ville, privée de véritable centre urbain, ne se transforme en ville-dortoir ? Quels aménagements, quels équipements pourraient lui garantir vitalité et attractivité ? Quelle devrait être sa place au sein de l’agglomération de Cergy-Pontoise ? Quelles coopérations avec nos voisins permettraient d’améliorer la vie des Jocassiens ?
C’est à répondre à ces questions que sert, en principe, le Plan local d’urbanisation (PLU) en cours d’élaboration. Puisque, d’après la loi, le PLU repose sur la consultation de la population, c’est sur ces questions que nous espérions voir s’ouvrir un véritable débat avec les habitants et les associations. Ce n’est pas la voie choisie par l’équipe municipale.

Comment les choses se passent-elles en réalité ? M. le Maire et ses proches collaborateurs s’abritent derrière l’expertise d’un cabinet d’études pour définir souverainement du contenu du PLU. Ils informent ensuite la population, puisqu’ils en ont l’obligation légale, bien décidés à ne pas changer une virgule à leur projet : les participants au débat public du 24 mars dernier n’ont pas tardé à le comprendre.

Seul document publié à ce jour, le Plan d’aménagement et de développement durable (PADD) ne brille ni par la précision ni par la profondeur de son contenu. Il est axé sur l’urbanisation du secteur Forbœufs-Merisiers et sur la préservation du patrimoine du village : pour légitimes qu’elles soient, ces options ne suffisent pas à former un projet de ville et à compenser le désintérêt du document pour les quartiers de la Ville nouvelle où, on le sait, vivent plus de 85 % d’entre nous.

En somme, le PLU tel qu’il prend forme à l’abri des regards, pose trois questions principales au groupe socialiste du Conseil municipal :
– Permet-il de faire de Jouy-le-Moutier une ville vivante, où l’on aime se promener, faire ses courses, échanger, se détendre ?
– Assure-t-il les complémentarités nécessaires avec la Communauté d’agglomération et les villes voisines dans les domaines du sport, des loisirs, de la culture, de l’habitat, de l’environnement ?
– Peut-il favoriser la cohésion indispensable au développement d’une vie locale à laquelle chaque habitant est appelé à contribuer dans le respect des différences légitimes ?

Le PLU a été institué par la Loi Solidarité et renouvellement urbains (SRU) votée sous le gouvernement Jospin. Il est significatif que le PADD de Jouy-le-Moutier ignore le terme solidarité ! Sur ce terrain comme sur celui de la concertation avec les habitants, on vérifie qu’il faut plus qu’une loi pour changer les mentalités et les pratiques.

Bernard MATHONNAT Président du Groupe au Conseil municipal
 

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias