Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier
Section du Parti Socialiste de Jouy-Le-Moutier

Du CPE au PLU : même combat ?

Le par

Article paru dans PS Info de Mars 2006

Nos gouvernants ont-ils tiré la leçon de la récente aventure du CPE ? Ont-ils compris qu’ils se trompaient d’époque ? que nous n’étions plus au siècle où un despote, fût-il éclairé, régnait sur des sujets ignorants et analphabètes ? La leçon est simple : à force de confondre ses opérations de communication avec la pratique de la concertation, le pouvoir actuel sape sa propre légitimité et se condamne à l’immobilisme ; il aura rendu plus difficile l’adhésion des citoyens aux réformes nécessaires.
Mais la gestion municipale à Jouy-le-Moutier est-elle si différente de celle de l’État ? La réunion municipale du 24 mars dernier portait sur un sujet de première importance : l’urbanisation future de la ville. Eh bien, cette réunion n’a fait que démontrer l’incapacité de notre municipalité à associer les Jocassiens à la définition de leur ville.
M. le Maire a concédé que le délai était trop court pour la concertation. En réalité, c’est moins une question de délai que de comportement, à en juger par ses propos tranchants : « Les élus sont élus pour prendre des responsabilités ». M. le Maire semble ignorer qu’écouter ses administrés c’est aussi une responsabilité d’élus.
Au lieu de débats, nous avons donc assisté à une litanie d’autojustifications et à une impressionnante entreprise de bétonnage. Un participant émet-il une suggestion de bon sens qui n’entre pas dans le projet de la municipalité ? Celle-ci se défausse sur l’ancien SAN qui aurait refusé l’installation de l’hôtel de ville à proximité du Centre culturel. Un autre se plaint-il du blocage des bus sur le boulevard d’Écancourt ? Cette fois-ci les coupables sont nos voisins de Vauréal qui osent envahir notre territoire chaque matin pour se rendre à leur travail. Un parent constate-t-il que ses enfants préfèrent pratiquer la musique dans une autre commune ? Il se voit reprocher à mots couverts de n’avoir pas fait la promotion de « la belle réalisation du Nautilus » : mais ne serait-il pas intéressant de savoir pourquoi de jeunes Jocassiens la dédaignent ?
Bref, tout ce qui va mal à Jouy, c’est de la faute aux autres et la municipalité s’en lave les mains. Quand les habitants posent des questions déplaisantes, la parade ne varie pas : ils sont accusés d’être « manipulés » ou de servir « d’autres causes ». Rien ne saurait entamer l’autosatisfaction de nos édiles : chez eux, légitimité électorale se confond avec infaillibilité.
Adhérents PS à Jouy, nous voulons promouvoir une autre pratique municipale, qui favorise l’expression des habitants et en tienne compte dans la gestion de la ville. Réfléchissons à cette remarque recueillie au sein du Lycée de l’Hautil : « Les jeunes de Jouy s’identifient à leur quartier ; ils n’ont pas de référence à leur ville comme leurs camarades de Vauréal, par exemple ». Il est temps que les Jocassiens s’approprient leur ville, s’en construisent une image personnelle qu’ils confronteront à celle des autres pour la mûrir ensemble. C’est le socle de la citoyenneté et de la cohésion sociale. Mais ce socle exige une concertation qui ne se paie pas de mots.

Gilbert MARSAC
Secrétaire de la section

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias